WSU
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire

Hausse des actions sur fond d’opposition au projet de réforme fiscal américain et d’erreur de la BoE

8 novembre 2017 - Colin Harte, Head of Research, Active Asset Allocation, Multi Asset Solutions

Volatilité toujours faible malgré une semaine riche en événements

Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il n’est pas conseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

SYNTHÈSE

  • Banque d’Angleterre (BoE) : premier relèvement des taux en dix ans, problème de crédibilité
  • Réforme de la fiscalité aux États-Unis : gain en visibilité des propositions
  • Allocation d’actifs : fermeture du solde de notre position longue sur les obligations d’État australiennes face aux bons du Trésor américain

La première semaine de novembre n’a pas réservé beaucoup de surprises. Les actions mondiales ont poursuivi leur tendance haussière et inscrit de nouveaux records historiques, à l’image du dernier iPhone. L’action d’Apple s’est bien comportée grâce à la sortie du nouveau smartphone et a soutenu l’indice S&P 500. Des résultats d’entreprises solides ont également contribué à la dynamique positive des marchés en Europe et au Japon.

Dans le compartiment des matières premières, les cours du pétrole brut ont continué d’augmenter, soutenus par les développements en Arabie saoudite : le prince héritier a ordonné une vague d’arrestations pour corruption qui consolide son pouvoir, mais pourrait, selon certains analystes, provoquer de l’instabilité politique chez le premier producteur de l’Opep. À l’heure où nous rédigeons cette synthèse, le baril de Brent s’échange au-dessus de 60 dollars.

Les indices de volatilité sont restés à de bas niveaux, alors que la semaine n’a pas manqué d’événements qui auraient pu agiter les marchés. Aux États-Unis, la Chambre des représentants a convenu d’un avant-projet de réforme de la fiscalité, et Donald Trump a nommé le futur président de la Réserve fédérale. Au Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre a relevé ses taux directeurs pour la première fois depuis dix ans. Enfin, l’agitation suscitée par la quête d’indépendance de la Catalogne a perduré, un juge espagnol ayant émis un mandat d’arrêt européen contre le président de la région, Carles Puigdemont, réfugié en Belgique.

 

BANQUE D’ANGLETERRE : PREMIERE HAUSSE DES TAUX EN DIX ANS…

La décision de la Banque d’Angleterre de relever ses taux directeurs n’a pas surpris les marchés, mais sa tonalité prudente et le fait que deux des sept membres de son comité de politique monétaire aient voté contre cette hausse ont fait cogiter de nombreux opérateurs. En effet, le précédent durcissement de ton de la banque centrale avait incité un grand nombre d’investisseurs à intégrer non seulement un tour de vis, mais également un cycle complet de resserrement monétaire en 2018.

La réaction du marché a donc été diamétralement opposée à celle qu’implique généralement un relèvement des taux : les obligations ont rebondi et la livre a reculé. Cependant, comme l’observe notre équipe Macroéconomie, la Banque d’Angleterre a réussi à resserrer les conditions financières par rapport au mois d’août.

 

… POUR LES BONNES RAISONS ?

En dépit de la remontée de l’inflation au Royaume-Uni, nous continuons d’estimer, à l’instar de notre équipe Macroéconomie, que ce geste haussier est une erreur. Avant tout, nous considérons que l’essentiel de l’inflation actuelle résulte du renchérissement des importations dû à la dépréciation de la livre sterling. Cet effet ne devrait pas être durable. L’inflation d’origine domestique est le paramètre qui compte et celle-ci est restée basse.

Du point de vue des coûts unitaires de la main d’œuvre ou des coûts salariaux unitaires, considérés comme des variables indicatives de l’inflation domestique, les pressions apparaissent relativement faibles. Comme l’ont souligné les deux membres dissidents du comité de la Banque d’Angleterre, « l’expérience récente a montré que la croissance des salaires pouvait continuer à moins réagir à la décrue du chômage que par le passé ». En outre, les incertitudes liées au « Brexit » plaideraient en faveur d’un resserrement prudent des conditions financières.

En synthèse, nous estimons que la crédibilité de la Banque d’Angleterre, du point de vue de la poursuite d’un véritable cycle de resserrement monétaire, a été entamée. Les opérateurs du marché ont commencé à réévaluer les actifs, afin de refléter ce qui ressemble à une hausse des taux unique et accomplie.

 

REFORME FISCALE AUX ETATS-UNIS: GAIN EN VISIBILITE DES PROPOSITIONS…

La Chambre des représentants a convenu d’un avant-projet de réforme de la fiscalité visant à stimuler l’économie au travers d’un ensemble de baisses d’impôts et à simplifier le code des impôts. Le Sénat présente sa propre version du projet de réforme cette semaine.

Plusieurs points controversés devraient donner lieu à de vifs débats. Certaines mesures, telles que la suppression de la déductibilité des impôts locaux et fédéraux ou l’abaissement du plafond de déduction des intérêts des prêts immobiliers pour les achats de maisons neuves, nécessiteront d’excellents talents de négociation pour être adoptées, même au sein du parti républicain.

 

… ET DES OPPOSANTS

Les lobbies, généralement dans le camp des républicains, ne soutiennent pas ces propositions. La Fédération nationale des entreprises indépendantes (National Federation of Independent Business – NFIB) affirme que la baisse d’impôt envisagée pour les entités intermédiaires (« pass-through entities) ne favoriserait pas les petites sociétés. Les entités intermédiaires permettent aux propriétaires d’entreprises d’avoir leurs bénéfices soumis à l’impôt sur le revenu, ce qui implique que la réduction proposée ne favoriserait que ceux qui se situent actuellement dans la tranche d’imposition la plus haute.

D’autres puissants groupes de pression, telle l’Association nationale des constructeurs de logements (National Association of Homebuilders – NAHB), s’opposent au projet au motif qu’il réduirait les incitations à l’acquisition d’un logement et pénaliserait les promoteurs. Nous pensons que le projet définitif devra inclure des solutions de financement de la réforme, sans creuser le déficit. Selon le Wall Street Journal, les changements apportés au code des impôts seront permanents, mais notre équipe Macroéconomie estime qu’ils devront être assortis d’une date d’expiration dans dix ans pour pouvoir être adoptés selon la procédure simplifiée, dite de réconciliation.

 

ALLOCATION D’ACTIFS : FERMETURE COMPLÈTE DE NOTRE POSITION LONGUE SUR LES OBLIGATIONS D’ETAT AUSTRALIENNES FACE AUX BONS DU TRÉSOR AMERICAIN

Nous avons pris nos bénéfices sur la moitié résiduelle de notre position longue sur les obligations d’État australiennes face aux bons du Trésor américain. Les rendements australiens et américains ont continué à converger, notamment après la publication de chiffres décevants des ventes au détail en Australie en septembre (stabilité par rapport à une hausse de 0,4 % attendue en glissement mensuel). Nous avons désormais totalement soldé cette position.

Achevé de rédiger le 6 novembre 2017

WSU

Sur le même sujet :

26 janvier 2018

Marée montante sur les marchés d’actions

Pourquoi la volatilité est-elle si faible ?

BNP Paribas Asset Management weekly strategy update
13 décembre 2017

Les banques centrales agiront lentement pour ne pas heurter les marchés

Les actions devraient bénéficier de la croissance et des taux d’intérêt toujours bas

Weekly strategy update
30 novembre 2017

Une conjoncture toujours favorable aux actifs risqués

Les indices des directeurs d’achats aux États-Unis et dans la zone euro mettent en évidence des perspectives de croissance ; le Royaume-Uni constitue l’exception

WSU
8 novembre 2017

Hausse des actions sur fond d’opposition au projet de réforme fiscal américain et d’erreur de la BoE

Volatilité toujours faible malgré une semaine riche en événements

2 novembre 2017

La continuité l’emporte, les actions s’apprêtant à réaliser une progression en octobre

La convergence des rendements australiens et américains a déclenché des prises de bénéfices

Weekly strategy update
26 octobre 2017

Beau fixe pour les actions américaines et japonaises grâce aux espoirs de relance…

… mais le ciel s’est assombri pour les petites capitalisations américaines

19 octobre 2017

Imperturbables, les marchés poursuivent sur leur élan

réduction de notre position sur l’IBEX face au MIB compte tenu des incertitudes liées à la Catalogne

BNP Paribas Asset Management weekly strategy update
11 octobre 2017

Croissance, réformes et succession à la tête de la Fed : 3 facteurs susceptibles de propulser l’USD

l’instabilité politique et les statistiques font entrer la livre sterling en eaux troubles

WSU
4 octobre 2017

Le projet de réforme fiscale de D.Trump relègue au second plan les événements politiques et la Fed

Initiation d’une position longue sur les petites capitalisations américaines face aux grandes

27 septembre 2017

Calme automnal après une actualité riche en événements

les banquiers centraux s’en tiennent aux messages télégraphiés

Perspectives d’investissement : À marée haute

Partagez cette page