L'asset manager d'un monde qui change
Multi_Factor_investing_people_puzzle_3D_construction_1440x300

Factor Investing

 

Avec une expertise reconnue (11 milliards d’Euros dans ce domaine) et une longue expérience des équipes (depuis 2008), notre approche propriétaire « Factor Investing » fondée sur des années de recherche académique connait un succès croissant auprès des investisseurs.


Points clés

  • Le factor investing, sélectionne les actions ou obligations sur des critères ayant démontré leur capacité à créer de la valeur stable et durable sur une longue période.
  • Les modèles quantitatifs développés nous permettent de construire des portefeuilles en sélectionnant les titres selon les quatre facteurs ou styles de gestion, qui reposent sur les fondamentaux des entreprises (Quality & Value) et sur des preuves empiriques (Low Volatility & Momentum)
  • Par son approche systématique et transparente, elle permet également de s’affranchir des biais cognitifs, vers une approche plus rationnelle de l’investissement, et in fine un meilleur contrôle du risque et de la performance.

Qu’on le veuille ou non, nos prises de décisions comprennent souvent une part d’irrationalité. Celle-ci résulte notamment du rôle important des émotions dans la manière dont nous percevons notre environnement et dont nous évaluons les différents scénarios possibles. Pour autant, ce mode de décision émotionnel – certains diraient intuitif – peut aussi nous induire en erreur dans certaines situations en nous éloignant de la logique pure.

Les sciences cognitives se sont penchées sur ce phénomène et ont identifié certaines de nos réactions caractéristiques, qui nous éloignent de la logique ‘rationnelle’: les biais cognitifs.

L’existence de ces biais influence directement notre manière de penser et de faire des choix. C’est notamment le cas quand nous prenons des décisions d’investissement.

 

Les facteurs, vers une approche plus rationnelle de l’investissement

Pour s’affranchir de ces biais, des approches de gestion purement systématiques ont été développées. Elles reposent sur l’utilisation de modèles quantitatifs permettant de construire des portefeuilles en sélectionnant les titres selon différents facteurs. Ces facteurs correspondent à des critères, comme la volatilité ou les données financières, qui permettent de sélectionner des titres et dont la recherche académique a démontré qu’ils offraient un meilleur profil-rendement risque que les indices traditionnels. On parle d’investissement factoriel ou factor investing.

Ces facteurs s’apparentent aux grands « styles d’investissement » des gérants discrétionnaires, mais l’utilisation d’une méthodologie systématique permet d’une part de supprimer la part de subjectivité inhérente aux analyses humaines, et d’autre part de traiter de manière efficiente et homogène des univers d’investissement de plusieurs centaines, voire milliers de titres.

Enfin, les 4 facteurs que nous avons choisi d’utiliser sont associés à des concepts explicables, justifiés par un rationnel économique et complémentaires: Quality, Value, Low-Risk,Momentum.

 

L’investissement factoriel: une nouvelle approche de la gestion de portefeuille

Le smart beta, et en particulier le factor investing, se positionne à la croisée de trois grands types de gestion :

  • La gestion indicielle pour l’utilisation de règles de construction prédéfinies et transparentes
  • La gestion discrétionnaire, par la recherche des vecteurs de performance à long terme et de facteurs justifiés par la logique économique
  • La gestion quantitative, dont les techniques utilisées offrent plusieurs avantages :
  • Une objectivité des décisions d’investissement
  • La possibilité d’évaluer historiquement le comportement des facteurs
  • La capacité d’opérer sur des univers d’investissement larges
  • Et la possibilité de calibrer finement le risque

Cette approche factorielle connaît un succès croissant auprès des investisseurs, car elle offre une exposition efficace, transparente et systématique aux facteurs qui génèrent la performance des marchés.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial.

Nos stratégies d’investissement factoriel

Stratégie Low Volatility

Stratégie Guru ™

Stratégie DEFI

approche Low volatility ou faible volatilité se concentre sur un facteur – le facteur faible volatilité – pour la sélection des titres. Ce facteur repose sur le constat contre-intuitif selon lequel la prise de risque dans les placements en actions n’est pas rémunératrice et qu’une sélection des titres les moins risqués tend en moyenne à offrir un meilleur ratio rendement/risque sur le long terme. Cette stratégie vise ainsi à réduire la volatilité du portefeuille (risque) et à limiter l’impact des baisses de marché tout en bénéficiant des périodes de hausse. La stratégie GURU ™ se définit comme une approche fondamentale à forte conviction, reposant sur trois facteurs : la qualité (quality), la valorisation (value) et le momentum. Cette méthodologie d’investissement s’inspire des techniques employées par de célèbres gérants d’actifs depuis près d’un siècle (Benjamin Graham, Warren Buffet, Peter Lynch …), d’où le nom Guru ™. La sélection des titres se fait selon une méthode dite best-in-class, qui consiste à classer les titres selon les trois facteurs et à sélectionner ceux présentant le meilleur score global. L’approche DEFI (Diversified Equity Factor Investing) est une approche multifactorielle reposant sur quatre facteurs clés des marchés actions: qualité, valorisation, faible volatilité et momentum. La particularité de cette approche est d’offrir une exposition équilibrée aux facteurs en maintenant un budget de risque égal sur chacun des 4 facteurs et de pouvoir contrôler finement les principaux paramètres de risque – le beta et la tracking error – du portefeuille.

L’investissement factoriel se pose ainsi comme une approche particulièrement efficiente dans les processus de sélection de titres, aussi bien sur les marchés actions que sur les marchés obligataires (obligations d’états et d’entreprises).

Points clés

  • Le factor investing, sélectionne les actions ou obligations sur des critères ayant démontré leur capacité à créer de la valeur stable et durable sur une longue période.
  • Les modèles quantitatifs développés nous permettent de construire des portefeuilles en sélectionnant les titres selon les quatre facteurs ou styles de gestion, qui reposent sur les fondamentaux des entreprises (Quality & Value) et sur des preuves empiriques (Low Volatility & Momentum)
  • Par son approche systématique et transparente, elle permet également de s’affranchir des biais cognitifs, vers une approche plus rationnelle de l’investissement, et in fine un meilleur contrôle du risque et de la performance.

Qu’on le veuille ou non, nos prises de décisions comprennent souvent une part d’irrationalité. Celle-ci résulte notamment du rôle important des émotions dans la manière dont nous percevons notre environnement et dont nous évaluons les différents scénarios possibles. Pour autant, ce mode de décision émotionnel – certains diraient intuitif – peut aussi nous induire en erreur dans certaines situations en nous éloignant de la logique pure.

Les sciences cognitives se sont penchées sur ce phénomène et ont identifié certaines de nos réactions caractéristiques, qui nous éloignent de la logique ‘rationnelle’: les biais cognitifs.

L’existence de ces biais influence directement notre manière de penser et de faire des choix. C’est notamment le cas quand nous prenons des décisions d’investissement.

 

Les facteurs, vers une approche plus rationnelle de l’investissement

Pour s’affranchir de ces biais, des approches de gestion purement systématiques ont été développées. Elles reposent sur l’utilisation de modèles quantitatifs permettant de construire des portefeuilles en sélectionnant les titres selon différents facteurs. Ces facteurs correspondent à des critères, comme la volatilité ou les données financières, qui permettent de sélectionner des titres et dont la recherche académique a démontré qu’ils offraient un meilleur profil-rendement risque que les indices traditionnels. On parle d’investissement factoriel ou factor investing.

Ces facteurs s’apparentent aux grands « styles d’investissement » des gérants discrétionnaires, mais l’utilisation d’une méthodologie systématique permet d’une part de supprimer la part de subjectivité inhérente aux analyses humaines, et d’autre part de traiter de manière efficiente et homogène des univers d’investissement de plusieurs centaines, voire milliers de titres.

Enfin, les 4 facteurs que nous avons choisi d’utiliser sont associés à des concepts explicables, justifiés par un rationnel économique et complémentaires: Quality, Value, Low-Risk,Momentum.

 

L’investissement factoriel: une nouvelle approche de la gestion de portefeuille

Le smart beta, et en particulier le factor investing, se positionne à la croisée de trois grands types de gestion :

  • La gestion indicielle pour l’utilisation de règles de construction prédéfinies et transparentes
  • La gestion discrétionnaire, par la recherche des vecteurs de performance à long terme et de facteurs justifiés par la logique économique
  • La gestion quantitative, dont les techniques utilisées offrent plusieurs avantages :
  • Une objectivité des décisions d’investissement
  • La possibilité d’évaluer historiquement le comportement des facteurs
  • La capacité d’opérer sur des univers d’investissement larges
  • Et la possibilité de calibrer finement le risque

Cette approche factorielle connaît un succès croissant auprès des investisseurs, car elle offre une exposition efficace, transparente et systématique aux facteurs qui génèrent la performance des marchés.

La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial.

Nos stratégies d’investissement factoriel

Stratégie Low Volatility

Stratégie Guru ™

Stratégie DEFI

approche Low volatility ou faible volatilité se concentre sur un facteur – le facteur faible volatilité – pour la sélection des titres. Ce facteur repose sur le constat contre-intuitif selon lequel la prise de risque dans les placements en actions n’est pas rémunératrice et qu’une sélection des titres les moins risqués tend en moyenne à offrir un meilleur ratio rendement/risque sur le long terme. Cette stratégie vise ainsi à réduire la volatilité du portefeuille (risque) et à limiter l’impact des baisses de marché tout en bénéficiant des périodes de hausse. La stratégie GURU ™ se définit comme une approche fondamentale à forte conviction, reposant sur trois facteurs : la qualité (quality), la valorisation (value) et le momentum. Cette méthodologie d’investissement s’inspire des techniques employées par de célèbres gérants d’actifs depuis près d’un siècle (Benjamin Graham, Warren Buffet, Peter Lynch …), d’où le nom Guru ™. La sélection des titres se fait selon une méthode dite best-in-class, qui consiste à classer les titres selon les trois facteurs et à sélectionner ceux présentant le meilleur score global. L’approche DEFI (Diversified Equity Factor Investing) est une approche multifactorielle reposant sur quatre facteurs clés des marchés actions: qualité, valorisation, faible volatilité et momentum. La particularité de cette approche est d’offrir une exposition équilibrée aux facteurs en maintenant un budget de risque égal sur chacun des 4 facteurs et de pouvoir contrôler finement les principaux paramètres de risque – le beta et la tracking error – du portefeuille.

L’investissement factoriel se pose ainsi comme une approche particulièrement efficiente dans les processus de sélection de titres, aussi bien sur les marchés actions que sur les marchés obligataires (obligations d’états et d’entreprises).

Les investissements réalisés dans des compartiments sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas leur investissement initial.