L'asset manager d'un monde qui change
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Strategie Epargne 1400x300
  • Home
  • Croissance, réformes et succession à la tête de la Fed : 3 facteurs susceptibles de propulser l’USD

Croissance, réformes et succession à la tête de la Fed : 3 facteurs susceptibles de propulser l’USD

Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales

11 octobre 2017
 

l’instabilité politique et les statistiques font entrer la livre sterling en eaux troubles

Veuillez noter que le présent article peut contenir du langage technique. Pour cette raison, il n’est pas conseillé aux lecteurs qui ne disposent pas d’une expérience professionnelle de l’investissement.

SYNTHÈSE

  • États-Unis : amélioration de la conjoncture économique
  • Royaume-Uni : de nouvelles déceptions macroéconomiques pourraient enrayer le rebond de la livre
  • Allocation d’actifs : maintien d’une position longue sur l’IBEX face au MIB

Les marchés d’actions américains ont atteint de nouveaux sommets historiques, mais l’évolution des autres places boursières a été sans grand éclat. Les actions émergentes se sont bien comportées, tirées par les valeurs asiatiques. Aux États-Unis, les petites capitalisations ont continué de bénéficier des débats sur le projet de réforme fiscal. Parallèlement, l’indice de volatilité VIX est resté à un très bas niveau (voir graphique). Sur le plan des devises, le dollar américain a poursuivi son lent raffermissement, tandis que la livre sterling a cédé du terrain. Les matières premières ont connu une semaine en demi-teinte.

L’information selon laquelle l’Arabie saoudite et la Russie discutent d’un renforcement de leur coopération en vue de réduire l’excédent d’offre sur le marché pétrolier mondial a provoqué une hausse des prix du pétrole brut, mais les inquiétudes suscitées par l’impact de l’ouragan Nate, qui a frappé le continent américain au cours du week-end, ont effacé cette progression.

Les rendements des bons du Trésor américain ont augmenté, sur fond de bonne orientation des indicateurs macroéconomiques. Le Bund allemand n’a pas beaucoup évolué au cours de la semaine. Les taux des obligations espagnoles sont remontés en début de semaine du fait de l’agitation politique en Catalogne, mais se sont par la suite détendus car il y a eu des signes d’apaisement, et les données économiques publiées, tel l’indice des directeurs d’achats (PMI), sont restées solides.

ÉTATS-UNIS : AMÉLIORATION DE LA CONJONCTURE SUR PLUSIEURS FRONTS

Les indicateurs macroéconomiques de la semaine ont été globalement bien orientés. Si les très attendus chiffres de l’emploi ont surpris à la baisse (notamment en raison de l’impact des ouragans, les plus fortes pertes d’emplois s’observant dans les secteurs du loisir et de l’hôtellerie-restauration), les opérateurs se sont concentrés sur les données témoignant d’une amélioration de l’économie et de tensions sur le marché du travail. Le taux de chômage, qui découle de l’enquête auprès des ménages contrairement à l’emploi non agricole qui repose sur l’enquête menée auprès des entreprises, a baissé plus que prévu à 4,2 %. Nous estimons que cet indicateur est plus pertinent, car les personnes qui n’ont pas pu se rendre sur leur lieu de travail du fait des aléas climatiques ne sont pas considérées comme étant sans emploi. Le salaire horaire moyen (voir graphique), donnée assurément la plus scrutée du rapport sur l’emploi, a mis en exergue la situation tendue du marché du travail.

Les ventes de voitures en septembre ont souligné l’amélioration de l’économie. Elles ont en partie reflété une hausse de la demande liée au remplacement des véhicules endommagés par les récents ouragans, mais sont néanmoins ressorties nettement au-dessus des attentes du marché. Les indicateurs avancés ont signalé une croissance plus forte du PIB. L’indice PMI du secteur manufacturier s’est hissé à son plus haut niveau depuis mai 2004. La publication de ce rapport a entraîné une hausse du dollar.

DOLLAR AMÉRICAIN : POTENTIEL DE HAUSSE EN VUE

Selon nous, l’accélération de la croissance américaine et la reprise des discussions sur la réforme fiscale devraient soutenir le dollar. Ce dernier pourrait également s’apprécier dès que le successeur de Janet Yellen à la présidence de la Fed sera connu. Les deux noms qui semblent retenir l’attention du marché sont ceux de Jerome Powell, actuellement membre du conseil des gouverneurs de la Fed, et de Kevin Warsh, ancien gouverneur de la Fed. Ces deux candidats penchent en faveur d’une politique plus restrictive. Nous considérons que Jerome Powell fait figure de favori et pensons qu’il assurerait une plus grande continuité de la politique que Kevin Warsh, qui a vivement exprimé son opposition à l’assouplissement quantitatif. La nomination du successeur de Janet Yellen pourrait intervenir dans les prochains jours.

La politique de la Banque centrale européenne (BCE) pourrait aussi soutenir le dollar, car une position accommodante affaiblit l’euro. D’après l’économiste en chef de la BCE, Peter Praet, « un niveau très important de soutien monétaire reste nécessaire pour permettre aux pressions inflationnistes sous-jacentes de se renforcer progressivement et soutenir l’inflation apparente à moyen terme ». Toujours selon Peter Praet, la BCE envisagerait de réduire son programme d’achats d’actifs de manière significative, tout en allongeant la durée de ce plan.

ROYAUME-UNI : DE NOUVELLES DÉCEPTIONS MACROÉCONOMIQUES POURRAIENT ENRAYER LE REBOND DE LA LIVRE

Lors du congrès annuel du parti conservateur, la Première ministre, Theresa May, a adopté un ton rassurant au sujet du « Brexit », mais n’a fourni aucun détail, alors que les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur un accord commercial sont au point mort. Les conservateurs au pouvoir semblent de plus en plus divisés, et des voix se sont élevées pour demander la démission de Theresa May. Nous n’anticipons pas ce scénario, car un remplacement de la Première ministre ne ferait que retarder davantage les négociations et pourrait faire courir le risque d’une victoire du parti travailliste si des élections étaient convoquées.

Les statistiques récentes ont déçu. L’indice PMI composite a légèrement augmenté grâce à une amélioration de l’indice du secteur des services, mais les indices PMI des secteurs de la manufacture et de la construction ont fléchi. Les immatriculations de véhicules neufs ont ralenti pour le sixième mois consécutif, indiquant un sentiment d’incertitude chez les consommateurs. Nous suivons de près les indicateurs afin d’évaluer si la Banque d’Angleterre souhaitera maintenir une orientation restrictive à moyen terme.

ALLOCATION D’ACTIFS

Notre position longue sur l’IBEX face au MIB, qui traduit notre préférence pour le marché d’actions espagnol au détriment de la Bourse italienne, a pâti de l’agitation liée à la revendication d’indépendance de la Catalogne. Nous maintenons cette position car les indicateurs macroéconomiques rassurants soutiennent nos perspectives positives, mais restons attentifs à la situation politique.

Achevé de rédiger le 9 octobre 2017

wsu

Sur le même sujet :

BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - PV Diversified Dynamic 1440x300
20 septembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Finance 4 1440x300
14 septembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT - Strategie Epargne 1400x300
6 septembre 2017
Commentaire de marché, Synthèse hebdomadaire, Vues et tendances globales